La réduction des émissions de CO2

En moyenne, un salarié parcourt 26 km par jour pour se rendre sur son lieu de travail. Si les salariés télétravaillaient en moyenne 2 jours par semaine, cela induirait un gain direct de plus de 800 kg de CO2 par personne et par an, soit près de 10 % du bilan carbone d’une personne. Mais les économies ne s’arrêtent pas là : la diminution des espaces de bureaux et des besoins en climatisation permet également de réduire très sensiblement les émissions de gaz à effet de serre, les bâtiments étant responsables d’un quart de celles-ci.

A l’échelle d’une PME parisienne de 200 salariés, le gain s’élève à 160 tonnes de CO2, ce qui revient à planter 28 800 arbres ou à enlever 70 voitures de la circulation. Selon la Commission Européenne, la pratique du télétravail diminuerait les émissions de gaz à effet de serre de 3 300 000 tonnes de CO2 en France.

En termes d’impact environnemental, le télétravail (et donc l’accès à distance en temps réel à des informations numérisées et partagées) permet aussi de réduire sensiblement les flux papier : grâce au télétravail, une entreprise de 160 salariés a réduit sa consommation de papier de 50 000 pages la première année.

La mise en place du télétravail est donc une démarche éco-responsable très efficace pour les entreprises françaises.

Sources :
INSEE Première, Mars 2007
« Le développement du télétravail dans la société numérique de demain », Rapport au Premier Ministre, Nov. 2009
Livret Vert « Le Télétravail », SYNTEC Informatique, 2010