Alors que les entreprises sortent à peine de la mise en œuvre du télétravail total en urgence, elles vont faire face à un nouveau défi dans les prochaines semaines : gérer le moral des troupes. En effet, si les 10 derniers jours n’auront été que questionnements autour du « comment allons-nous travailler ? » (nos outils et applicatifs seront ils accessibles à distance ? quelles règles de fonctionnement fixer ? comment maintenir l’activité en mode dégradé ? comment animer le collectif à distance ? etc.), la prochaine question à adresser sera, à en croire une récente étude, « comment allons-nous ? ». Ainsi, alors que l’annonce de la prolongation du confinement se fait attendre, de nombreuses questions émergent quant à ses impacts sur la santé psychologique et physique de millions de salariés en France. De l’organisation et du maintien de l’activité à distance, les enjeux se déplacent vers la prévention, la détection et la gestion des risques psychosociaux inhérents à la pratique d’un télétravail confiné et prolongé :

  • Que faire face à l’isolement en cette période de confinement ?
  • Comment gérer ma charge de travail (trop faible ou trop importante) ?
  • Quel sens donner à mon travail à domicile ?
  • Comment faire en sorte ma vie perso ne déborde pas sur ma vie pro, et inversement ?

Le confinement, une crainte pour près de 4 Français sur 5

Cette situation de confinement provoque un sentiment de crainte chez 79% des personnes interrogées. Ces craintes peuvent être liées aux conséquences directes du confinement : isolement, conflits familiaux liés à des huis clos précaires, anxiété liée à son propre état de santé, augmentation du taux de violences conjugales, frustration liée à la privation de liberté, solitude pour les personnes confinées seules, etc. Toutefois, la situation génère également des craintes sur l’avenir professionnel des Français, puisque 75% des femmes et 69% des hommes pensent que cette période singulière va nuire à leur travail par la suite.

Des difficultés d’organisation en télétravail confiné

Le télétravail a beau être de plus en plus répandu en France, sa mise en œuvre complète dans la situation actuelle de crise sanitaire représente une réelle épreuve. Alors que le télétravail pendulaire génère habituellement des gains de productivité moyens de 22% chez les télétravailleurs, la mise en place du télétravail confiné dans le cadre de la crise du Coronavirus amène des conclusions bien différentes. Contraints à travailler de chez eux, plus de 48% des Français confirment avoir des difficultés à s’organiser et à être efficaces. Il faut dire que les conditions de travail parfois précaires (présence d’enfants en bas âge au domicile, confinement dans un espace peu propice au télétravail, aléas du réseau internet, etc.) jouent en défaveur de la productivité individuelle comme collective.

Des séquelles morales qui nécessitent un accompagnement

La situation actuelle est vouée à laisser des séquelles psychologiques sérieuses. En effet, 37% des hommes et 48% des femmes interrogées pensent avoir besoin d’un accompagnement psychologique pour faire face à la crise du coronavirus. Des chiffres qui corroborent l’étude publiée sur le confinement de Wuhan dans General Psychiatry, qui relève un taux de 35% d’individus touchés par des désordres psychologiques (anxiété, attaques de panique, etc.)

Malheureusement, un accompagnement pour lutter contre ces risques psychosociaux émane très rarement des entreprises, puisque seules 11% d’entre elles proposent une aide psychologique pour faire face à cette crise.

Si l’on prolonge la réflexion de cette étude à la phase post-confinement, la vigilance se porte sur :

  1. l’anxiété des salariés non immunisés liée à la reprise des contacts sociaux et à la crainte d’être contaminé,
  2. les effets de long terme pour ceux qui ont vécu des épisodes de stress intense (notamment si un proche a été malade, voire contaminé par le salarié lui-même qui peut s’en vouloir),
  3. et bien sûr l’insécurité économique liée à la coagulation des incertitudes.

Comment accompagner au mieux ses collaborateurs dans cette période difficile ? Comment faire à distance pour montrer aide et soutien ? Les échanges avec nos clients ainsi que la capitalisation sur les données recueillies dans diverses études scientifiques nous amènent à formuler des recommandations de nature à amortir la sortie de crise et limiter les arrêts de travail post-confinement :

  • Demeurer très vigilants vis-à-vis des salariés fragilisés (monoparentalité, précarité, comorbidité, etc.)
  • Monitorer régulièrement ces risques (écoute digitale bimensuelle)
  • Outiller les RRH/managers à l’écoute et au suivi attentif de ces risques
  • Proposer une assistance psychologique à la demande ou renforcer les dispositifs existants de soutien psychologique
  • Former un comité de travail pluridisciplinaire pour gérer les cas critiques (médecin, psy, RH, etc.)
  • Équiper les collaborateurs et les managers avec les comportements et techniques susceptibles de les protéger
  • Adopter une communication de crise, régulière et réduisant les incertitudes
  • Donner du sens aux efforts et aux sacrifices des collaborateurs

Vous souhaitez accompagner vos collaborateurs dans le défi du télétravail confiné ? Nous proposons un large éventail de modalités (e-learnings, webinars, classes virtuelles, monitoring social, etc.) pour répondre à vos besoins. Contactez-nous !

En savoir plus sur notre accompagnement au télétravail confiné