Regus, multinationale spécialisée dans la location de bureaux aux entreprises, a sondé 10 000 employés dans 78 pays afin d’identifier les principaux problèmes liés aux trajets domicile-travail. Le résultat est inquiétant, mais donne du crédit aux nouveaux modes de travail, plus flexibles (le télétravail notamment) que le travail « traditionnel » en entreprise.

Selon l’étude de Regus, le stress quotidien des travailleurs français serait provoqué en partie par un certain nombre de facteurs liés au trajet domicile-travail. En effet, un Français  passe en moyenne 29 minutes dans les transports, qu’il s’agisse de transports en commun ou privés. Pire, pour 20% de cette population, la migration pendulaire peut dépasser une heure et demie. Ces trajets longs et fastidieux sont à l’origine de stress et peuvent avoir un impact négatif sur la productivité en entreprise. Quels sont donc ces facteurs de stress ? Voici les résultats de l’étude :

  1. Embouteillages
  2. Les retards et interruptions de service
  3. L’agressivité au volant, dangerosité des conducteurs
  4. La pollution et la chaleur
  5. Le manque d’informations fournies par les prestataires de transport en commun
  6. Les conversations bruyantes au téléphone
  7. La conduite grossière et même agressive d’autres passagers

Comment peut-on espérer l’épanouissement des collaborateurs dans une entreprise lorsque chacun, quel que soit son poste, est confronté à une véritable jungle entre son domicile et son bureau ? En plus du temps perdu et du coût moral et environnemental, les transports ont un coût financier, et l’étude de Regus dévoile que les dépenses liées aux trajets domicile/travail en France, supportées par les utilisateurs, s’élève à 3,4% du salaire annuel. Plus inquiétant : 8% des actifs français dépenseraient 10% de leur salaire, voire plus, en déplacements professionnels (7% à l’échelle mondiale).

D’après Olivier de la Valette, directeur général de Regus Europe du Sud, « pour remédier à ce type de désagréments et éviter de perdre du temps dans les transports pendant les heures de pointe, de nombreux Français et entreprises ont opté pour un nouveau mode de travail, plus flexible, permettant aux collaborateurs de travailler à proximité de chez eux et à des horaires adaptés à leurs rythmes personnels et professionnels ».

Le passage au télétravail à domicile ou l’installation de télécentres à proximité des banlieues résidentielles permettraient de remédier à ce type de désagréments. Peut-on espérer une généralisation du télétravail en France, comme c’est déjà le cas dans les pays Scandinaves ? La question mérite d’être posée, notamment aujourd’hui où le baril de pétrole a atteint un pic historique à 120 $.