Qui n’a jamais sorti son ordinateur ou son téléphone portable pour exploiter un moment « creux » de sa journée comme lors de l’attente d’un bus ou lors d’une discussion peu engageante pour en faire un moment productif ou divertissant ?

Face à ce genre de comportement, symptomatique de la société moderne, des chercheurs du Michigan tirent la sonnette d’alarme : ces moments « creux » ou plus précisément de repos du cerveau seraient essentiels pour la mémorisation, l’apprentissage, la capacité de réflexion et la créativité.

« Les temps d’arrêt permettent au cerveau de revenir sur les expériences vécues, de les consolider et de les inscrire durablement dans la mémoire à long terme » affirme Loren Frank de l’Université de Californie à San Francisco. Un tel processus d’ancrage dans la mémoire devient impossible lorsque le cerveau est constamment stimulé. De plus, une étude menée par l’Université du Michigan a prouvé que les gens apprenaient beaucoup mieux après une promenade dans la nature que dans un environnement urbain dense. Le flot d’informations est là encore nuisible à la réflexion.

Marc Berman, chercheur en neuroscience à l’Université du Michigan avertit ceux qui se sentent divertis lorsqu’ils pianotent sur leur téléphone ou écoutent de la musique en attendant le bus : ils pourraient bien priver leur cerveau du repos nécessaire à son bon fonctionnement.