Alors que le gouvernement fédéral faisait initialement figure de précurseur en matière de télétravail, les efforts pour promouvoir ce mode de travail au sein de l’administration américaine s’étaient peu à peu essoufflés. En 2008, les fonctionnaires étaient seulement 103 000 à télétravailler au moins une fois par mois, soit moins de 6% des effectifs. Le télétravail va cependant bénéficier d’un second souffle au sein de l’administration puisque le gouvernement Obama a clairement affiché sa volonté de porter ce nombre à 150 000 en 2011 et à 600 000 d’ici 2014.

La Chambre des Députés a dans cette optique adopté mercredi un projet de loi visant à encadrer et à promouvoir la pratique du télétravail au sein de chaque organisme fédéral. Cette réforme, approuvée par 290 voix contre 131, impose que chaque organisme fédéral devra mettre en place une stratégie pour développer le télétravail dans ses services (y compris par le biais de formations professionnelles) et nommer un responsable de la mise en place télétravail.

La loi vise également à mieux intégrer le télétravail dans les Plans de Continuité d’Activité, permettant ainsi de gérer les cas de « crises » et d’éviter la paralysie. Le démocrate John Sarbanes explique que le gouvernement a perdu chaque jour l’équivalent de 71 millions de dollars lors des tempêtes de neige qui ont paralysé Washington l’hiver dernier, une facture qui aurait pu s’alourdir de 30 millions de dollars par jour si certains fonctionnaires n’avaient pas télétravaillé.