En attendant de vous exposer le projet de nos amis hollandais visant à étendre le réseau de télécentres existant dans la région d’Amsterdam, nous allons maintenant vous décrire une initiative en provenance directe d’outre-Quiévrain : la mise en place d’un réseau de Smart Work Centers dans toute la Wallonie. Cette démarche est intéressante à plus d’un titre dans la mesure où elle proposera à court-terme une offre unifiée pour les personnes désireuses de travailler dans un télécentre et où elle résulte d’un partenariat public-privé. Explications.

Signalons en premier lieu qu’à l’origine de ce réseau de télécentres se trouve l’Euro Green IT Innovation Center qui se positionne comme un centre d’expertise au croisement des TIC et du développement durable dont l’objectif est de rendre notre modèle de croissance plus pérenne et de réduire nos émissions de CO2. Cela passe donc par l’implantation de télécentres proches des lieux de résidence des travailleurs afin de réduire leurs déplacements, et ainsi leur consommation de carburant et leurs émissions polluantes, mais également par une meilleure gestion des bâtiments et éclairages publics.

La constitution du maillage wallon de Smart Work Centers s’inscrit dans cette perspective. Elle a été inspirée à Euro Green IT par l’étude d’un projet similaire qui avait été mené à bien au Pays-Bas. A court terme, huit centres offrant une capacité totale de 150 places feront partie de ce programme dans toute la Belgique francophone. Ils garantiront un niveau d’équipement standardisé et proposeront à leur clientèle des postes de travail professionnels et des salles de réunion équipées. La gestion globale du réseau sera pilotée par Euro Green IT, chaque centre gardant cependant son autonomie afin de satisfaire au mieux sa clientèle.

La constitution de cet ensemble de télécentres a pu se traduire dans les faits grâce à un partenariat public-privé. Certains centres sont, de fait, gérés par des acteurs privés tandis que d’autres le sont par des structures publiques. L’entreprise américaine Cisco est également partie prenante du projet et apportera son expérience dans les technologies de communication et de visioconférence.

Le but des Smart Work Centers est double : il s’agit d’une part de séduire et attirer les PME ainsi que les travailleurs indépendants comme dans un télécentre classique mais également de proposer aux grands comptes une solution intégrée à l’échelle de la Wallonie afin de les aider à développer le télétravail au sein de leur structures. Une entreprise qui fonctionne d’ores et déjà selon une politique de management par objectifs peut ainsi acquérir un temps de présence global dans le réseau et ensuite répartir ce crédit-temps entre les différents Smart Work Centers afin que son personnel puisse l’utiliser à sa guise. Pour ce faire, les espaces de travail seront organisés de la même façon, les identifiants Wifi individuels resteront les mêmes dans chaque centre et chaque société utilisant ce système verra les sommes qu’elle doit payer aux différents centres rassemblées sur une seule facture, Euro Green IT se chargeant par la suite de rémunérer les télécentres. L’objectif est de faire cohabiter harmonieusement les travailleurs locaux et nomades dans un même espace et de mettre à la disposition du DRH une boîte à outils pouvant les assister dans le développement du travail à distance dans leur entreprise.

Euro Green IT entend en effet mettre sur pied une véritable organisation d’aide au développement du télétravail en Belgique. Cette stratégie se déploiera autour de deux axes principaux : les Smart Work Centers dont nous venons de parler, mais également des dispositifs de conseil et d’évaluation du télétravail tel qu’il est promu par les entreprises. Il s’agira notamment de monter des campagnes de sensibilisation du personnel, de mettre à disposition des managers des ressources sur les aspects juridiques du télétravail afin d’améliorer la compréhension de son cadre légal, mais aussi de permettre une analyse distanciée des différentes actions menées par l’élaboration de données crédibles et objectives. Nous pensons ici à  des études destinées aux entreprises portant sur la réduction des émissions de CO2 après optimisation des trajets effectués par leurs collaborateurs ou relatives à la fréquentation des Smart Work Centers par leur personnel et mettant en relief, par exemple, les horaires de présence et les télécentres les plus utilisés par les télétravailleurs de chaque structure.

A l’avenir, et si la démarche mise en œuvre rencontre le succès escompté, le réseau de Smart Work Centers devrait croître, que ce soit de façon intensive en augmentant le nombre de postes de travails disponibles par centre ou bien de manière extensive en « franchisant » d’autres centres qui devront auparavant avoir fait l’objet d’une visite pour vérifier qu’ils répondent bien aux exigences du label Smart Work Center en termes de conditions d’accueil du public et de matériel mis à disposition, comme par exemple la présence permanente d’une personne assurant l’accueil des utilisateurs et la présence d’un minimum de huit postes de travail. Un développement au niveau national, c’est-à-dire à l’échelle de la Flandre, de la Wallonie et de Bruxelles est également envisagé pour répondre au souhait de nombreux employeurs.

Euro Green IT est donc parvenu à fédérer divers acteurs pour assurer la réussite de cette initiative qui deviendra sûrement une source d’inspiration pour les territoires qui considèrent le développement durable, et donc indirectement le télétravail, comme une priorité.

Pour conclure, si vous souhaitez en savoir plus sur cette initiative, n’hésitez pas à aller sur le site web dédié aux Smart Work Centersou à venir découvrir ces télécentres sur eWorky.

Article repris du blog d’eWorky sur les lieux de travail