Contrairement aux idées reçues, le Grand Paris n’est pas seulement un projet de transports en commun. Même si cet aspect représente une part majeure de cette transformation, le Grand Paris s’inscrit dans une démarche plus large visant à faire de Paris une « ville-monde » au même titre que Londres ou New-York, afin d’en faire un moteur de l’économie française et un moyen  de revaloriser les infrastructures vieillissantes de la capitale et de ses alentours.

Ce projet s’axe autour de plusieurs pôles de développement, notamment les transports et la mobilité, les logements, les espaces verts, les fleuves et cours d’eau, les équipements collectifs et les espaces publics ainsi que l’économie et l’emploi.

Ce projet ambitieux restructurera tous les espaces existants afin d’offrir une meilleure qualité de vie aux habitants, en prenant en compte les dimensions humaines, culturelles et environnementales. Pour la forme finale de cette transformation, les responsables du Grand Paris s’inspireront de 10 projets variés déposés en mars 2009. Parmi ces 10 maquettes architecturales, certaines proposent un Grand Paris longeant la Seine jusqu’au Havre, tandis que d’autres cherchent au contraire à augmenter la densité de la capitale.

La première phase  consiste à améliorer les transports en Ile de France grâce à deux projets phares : un métro automatique périphérique permettant de relier les banlieues sans avoir à passer par Paris, et l’amélioration et la prolongation de lignes de métro et de RER. Pour plus de détails, vous pouvez consulter le plan des transports ici.

L’amélioration de la qualité de vie des franciliens pourrait également passer par l’installation de télécentres dans les quartiers résidentiels périphériques de la capitale. Cette démarche répondrait ainsi à la volonté des instigateurs du Grand Paris de placer le développement durable au cœur de leur programme.